Témoignage

Cham'O GRAF juillet 2019

Le 19/07/2019 par HANROT Manuela

Et voici le GRAF reparti pour 5 jours de formation à Chamonix avec Julia Virat, une jeune femme
guide sortie de la même promo que Benjamin.
Manque deux graffeuses, Hélène et Florie, retenues par leur travail.


J1 : Nous rencontrons Julia lundi matin autour d’un café pour faire connaissance et établir un
début de programme. La thématique de la semaine : l’assurage en mouvement.
Nous passons la suite de la journée aux Gaillands. Julia nous expose les principes de l’assurage
en mouvement, que nous mettrons en pratique le lendemain sur une course d’arrête facile.
Nous passons le reste de l’après-midi à nous exercer à la désescalade, Julia chrono à la main !
Autant dire que les cuisses ont bien chauffé dès cette première journée !


J2 : Frêtes de Charmoz. PD. Nous attrapons le premier train pour attaquer l’arrête la plus facile du
secteur, idéale pour une initiation à l’assurage en mouvement. On oublie donc les vieilles
habitudes de progresser en cordes tendues avec deux points entre le premier et le second, pour
préférer la technique des « sauts de puces »: encordées à 1 mètre (la seconde est « tenue en
laisse ») dans les sections de 2, encordées à 8 mètres avec assurage au béquet ou à l’épaule
dans les sections de 3. Nous sortirons quelques fois le descendeur dans des sections PLUS
grimpantes, nécessitant la pose de friends.
Côté timing, on explose la barrière horaire ! Pas simple de progresser à 4 cordées qui se
suivent… L’effet accordéon se fait vite sentir creusant les écarts entre les cordées… Et nous
doublons le temps indiqué par le topo… La pluie pointe et finit par nous tomber dessus à 15h…
Julia nous aura prévenu : en montagne, il faut savoir se mettre en « mode guerrière ». Le premier
de cordée doit faire du fractionné !
Nous finissons par arriver au refuge du Plan peu avant 19h, juste pour le repas… Ouf ! La lenteur
de notre progression nous impose de revoir les plans pour le lendemain. Il n’est pas envisageable
de partir à 4 cordées dans la voie normale du Peigne, comme nous l’avions prévu lundi. Le groupe
est trop hétérogène. Du coup, on décide de se séparer. Deux cordées se lèveront à 3h30 et
partiront pour le Peigne. Pour les deux autres cordées, journée plus light pour recharger les
batteries : grasse mat’ au refuge et grande voie dans la dalle des Cheserys.


J3 : Emilie, Marine, Marjorie et Madeleine, accompagnée de Julia s’éclipsent à 4h30. Elles
atteindront le pied du triangle sommital au bout de 5 heures d’assurage en mouvement dans de
belles sections en 2 et 3. Commence ensuite la succession de longueurs du Peigne à proprement
parler. Malheureusement Madeleine, en tête, chute dans dans le dièdre de la deuxième longueur.
Le groupe décide alors d’entamer la descente qui s’avère encore bien longue.
Résultat pour Madeleine : une fracture du sacrum. Mais ça, elle l’apprendra une fois rentrée à
Pontarlier et continuera de galoper toute la journée de jeudi sans rien dire !
Léa, Flo et Manuela, encadrées par Alika, iront faire « La blonde » aux Cheserys et la
connaissance d’André Grobéty, l’ouvreur septuagénaire de la voie, qui se balade en solo sur la
dalle ! Belle occasion de revoir relais et rappels sur un gneiss de rêve.


J4 : Le vent souffle en altitude, alors on met le cap sur les hauts d’Annecy. Objectif : les Dents de
Lanfon pour continuer de bosser l’assurage en mouvement.
700 m. de montée sur un chemin bien raide nous amènent aux pied de l’arête et finissent de nous
fumer les cuisses. C’est parti pour une longue journée tantôt sur le fil de l’arête, tantôt sur une
petite sente qui louvoie entre les dents. Belle course calcaire, peu technique, mais aérienne,
offrant une vue imprenable sur le lac d’Annecy. On explose l’horaire encore une fois… Julia a
arrêté de nous mettre la pression et nous passe plutôt du rap américain pour nous booster un peu
! Bref, les manips commencent à rentrer, mais il va falloir en bouffer pour parvenir à tenir un
horaire décent !


J5 : Journée débrief et révision de manips à tête reposée aux Gaillants. Julia nous faite ensuite
passer au bout de sa corde pour nous montrer à quoi peut ressembler un assurage en mouvement
à l’allure « guide ». Ca cavale sec dans les blocs ! On a encore de la marge…
Fin de séjour autour d’une bière bien méritée… On rêve déjà à la suite !!!






COMITE REGIONAL BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
5, rue de la Mechelle
90000  BELFORT
Rechercher
Agenda