Témoignage

Ce n'est qu'un au revoir : entre Orny et Trient

Le 18/09/2021 par GRAF 1ère mouture

En ce weekend du 18 au 20 septembre 2021, la première promotion du GRAF se retrouve au complet pour la dernière fois, les sélections de la nouvelle mouture auront lieu le dimanche d'après.

En compagnie de Stephan Barsot (aspirant guide, BE escalade, moniteur ski…) et d'Alika, nous partons pour 3 jours entre granite et glacier de la cabane de Trient à la cabane d'Orny.

Le contexte sanitaire, la fin de saison, la météo, les disponibilités et la forme de chacune ont donnés du fil à retorde à nos encadrants… Chapeau !

Malgré tout cela, rdv est donné à 9h30 à Champex au parking du télésiège de la Breya, au programme marche d'approche jusqu'à la cabane de trient comprenant un arrêt grimpe sur le gendarme d'Orny pour vérifier si on avait bien fait nos devoirs pendant l'été. Après une grimpette fort sympathique sous un beau soleil, on redescend vite renfiler les sacs à dos, parce qu'on est pas encore à  la cabane de Trient et que le repas est à 19h… bon on y sera pour 19h15, mais on aura les derniers rayons du soleil sur le glacier et les Dorées. Sublime…

On profite du repas pour débriefer de la journée et préparer l'éventuelle sortie du dimanche, la météo n'augure rien de bon. Mais on se tient prêtes au cas où…

Le lendemain matin le vent et la neige nous clouent au refuge, peu de visibilité, crevasses tout juste recouverte, qu'à ça ne tienne on en profitera pour revoir des manip et discuter technique en attendant l'accalmie du début d'après-midi. Pendant le casse-croute on débriefera sur le GRAF 1: notre vécu, notre ressenti…Le vent est tombé, la visibilité s'est améliorée, il est l'heure de se couvrir et d'entamer la descente sur la cabane d'Orny et de raccompagner les 4 filles qui ne peuvent pas rester le lundi avec nous.

Nous ne sommes alors plus que 4 filles avec Alika et Stephan, il nous faut revoir nos plans pour le lendemain car la météo du jour à plâtrer le rocher et ça ne va pas sécher d'ici là car de la neige est encore annoncée. Autour d'une tisane chaude (à défaut de poêle à bois) on optera pour Tête blanche par l'arête Nord-ouest et donc remonter jusqu'au plateau de Trient. On fait un point sur l'horaire de départ pour être sur de pouvoir prendre le télésiège : départ 4h30 (l’alpinisme appartient à celui qui se lève tôt)

Au réveil quelques flocons dansent dans le ciel, le plafond nuageux est assez haut donc, hormis la nuit, la visibilité est assez bonne. On se prépare, on équipe les casques avec les frontales et on attaque la descente vers le glacier, le bruit de nos pas est étouffé par la neige fraichement tombée et qui tombe encore…C'est apaisant.

Le glacier d'Orny, sec samedi, est recouvert d'une belle couche de neige qui a recouvert les crevasses. On s'attache tous les 6 sur la même corde, c'est plus simple s'il faut en sortir une d'un trou, le mieux c'est de ne pas y tomber ! Pour ça la tête de cordée, ici Hélène, a pour mission de sonder la neige avec un bâton tout en avançant, on comprend mieux ce que peuvent vivre les malvoyants. Arrivé au col d'Orny on prend pied sur le plateau du Trient, on change de leader, la visibilité est toujours bonne, mais il neige toujours alors que les premières lueurs de l'aube pointent.

C'est parti pour 2,5 km de traversée entre bosses et vallons, un bon moyen pour travailler la topologie des crevasses en fonction du relief. Florie, épaulée par Stephan, nous conduit d'une main de maitre jusqu'au col du tour (ça va Gilbert ?) . La suite ça sera une jolie arête déroulante en mixte jusqu'au sommet. Décision est prise de ne pas poursuivre jusqu'à Petite Fourche ni de redescendre par la corniche et la rimaye du Col Blanc, ça sera donc désescalade en crampons sur un rocher enneigé. Il faut ensuite traversée à nouveau le glacier, c'est Emilie qui s'y colle, les conditions se sont dégradées, mais par chance notre trace de la montée n'a pas été complétement recouverte, ce qui nous permet d'avancer un peu plus vite et de rattraper un peu le temps perdu jusque-là. Du col d'Orny à la cabane, il neige toujours, mais nos traces sont encore bien visibles, c'est donc tout facile pour Marjorie.

Retour à la cabane pour récupérer les dernières affaires, de manger un morceau et de débriefer avant d'attaquer la descente finale vers la Breya. En chemin on croisera la limite pluie-neige mais on arrivera à l'heure prévue pour la descente en télésiège qui finira de mouiller ce qui pouvait être encore sec… Mais la récompense sera de mise avec un gros chocolat chaud-chantilly et une bonne pâtisserie.

Encore un weekend riche en enseignement où l'adaptation a été le maitre mot et où les ressources de Stephan ont été précieuses, malgré une météo bien capricieuse.

C'est ainsi que se finit l'aventure de la formation du GRAF 1 ponctuée de belles sorties, d'émotions, d'enseignements, le tout sur fond d'une crise sanitaire qui a chamboulée par 2 fois nos beaux projets et mis un coup de frein dans la continuité de la formation. Tant pis on a pu trouver d'autres solutions et c'est rempli de toutes ces connaissances que nous allons pouvoir développer notre expérience. Nous avons les outils, il n'y a plus qu'à les utiliser.

Nous laissons la place, mais avant nous voulions remercier nos encadrants, Emmanuel Lechine, Emmanuel Simon, nos guides (ou presque) Benjamin Soufflot, Julia Virat et Stephan Barsot, pour leur temps, leur patience, leur engagement, leurs connaissances sans qui nous n'aurions pas autant appris. Nos remerciements vont également au comité régional Bourgogne Franche -Comté, à nos clubs d'affiliation, et à nos sponsors qui nous ont soutenus financièrement. Et enfin une mention très spéciale à Alika Bertrand pour son dévouement et sa détermination à avoir portée ce projet et sans qui rien de tout ça n'aurait pas voir le jour.

Merci à tous de nous avoir offert cette chance.

 

COMITE REGIONAL BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
5, rue de la Mechelle
90000  BELFORT
Rechercher
Agenda